Livre… ou vers

le blog d’une journaliste, consacré à la lecture et aux auteurs.

Archive pour novembre, 2009

Comment se dire adieu…

Posté : 12 novembre, 2009 @ 8:28 dans Developpement personnel, Jouvence | Pas de commentaires »

images13.jpeg

Destiné à tous ceux qui vivent un deuil, une rupture, une séparation, « Comment se dire adieu » est un livre tendre.
Il semble prendre la main de ses lecteurs pour les accompagner dans leur douleur en leur parlant et en leur apportant des mots d’écoute, à la manière d’un ami.
Surtout, il reconnaît la souffrance engendrée, s’interroge sur la façon de soulager la peine, et entrouvre une porte pour essayer de faire entrer la lumière à la place de l’angoisse, de l’incompréhension, de la colère, du sentiment d’injustice qui étouffent…
Il ne fera peut-être pas de miracle, mais il y contribuera.

Martine Bernier
Comment se dire adieu, rupture, séparation et deuil », Rosette Poletti et Barbara Dobbs. Jouvence Editions

Petites fleurs du coeur

Posté : 12 novembre, 2009 @ 8:17 dans Bien-etre, Developpement personnel, Jouvence | Pas de commentaires »

images12.jpeg

Comme tous les livres écrits à quatre mains par Rosette Poletti et Barbara Dobbs, celui-ci est conçu pour alléger la vie, en chercher le sens…
Il regroupe les plus belles pensées humanistes pour vous permettre de trouver votre propre vérité.
Ce livre permet à ceux qui traversent une passe difficile de puiser du réconfort, de retrouver un peu de forces.
A ceux qui vivent de beaux moments, de s’ancrer dans leur présent en réalisant le cadeau qui leur est fait.
Et à tous de trouver les mots, les phrases, qui vont enjoliver leur quotidien, le renforcer.
Un livre frais, finement illustré.

M.B
« Petites fleurs du coeur pour grandir au fil des jours », Rosette Poletti et Barbara Dobbs, Jouvence Editions

Halloween Blues: Remake

Posté : 7 novembre, 2009 @ 1:40 dans BD | Pas de commentaires »

images.jpeg

Chaque sortie d’un nouvel album de la série Halloween Blues est un événement.
Pourquoi? Parce que le scénario est sans doute l’un des plus originaux qui soit.
Toute l’histoire part du meurtre de Dana Anderson, l’étoile montante d’Hollywood, dont personne ne sait qui l’a tuée.
Le fantôme de Dana continue à errer dans le grenier de sa maison.
Et le soir venu, elle retrouve et harcèle son mari, Forester Hill, inspecteur de police qu’elle soupçonne vaguement d’être responsable de son meurtre.
Lui-même n’est d’ailleurs pas convaincu du contraire.

Dans le septième opus de cet étonnante série, Foreser se retrouve face à… sa femme, bien vivante.
Même si le dicton dit qu’un homme ou une femme décédé de mort violente peut occuper le corps d’un ou une autre pendant la nuit d’Halloween, le mystère de la réapparition de Dana est total…

Un scénario palpitant, servi par des dessins magnifiques.

Martine Bernier

« Halloween Blus, Remake », Kas et Mythic, Coll. Polyptyque. Ed. Lombard.

Litteul Kévin

Posté : 7 novembre, 2009 @ 12:20 dans BD | Pas de commentaires »

images46.jpeg

Cette BD, c’est avant tout une ambiance, un clin d’oeil à un milieu, celui des motards, et les retrouvailles avec un petit personnage dont la dernière apparition datait de six ans en arrière.
Litteul Kévin est un garçonnet mini-motard qui n’a pas la langue dans sa poche.
Dans sa famille de bikers pas franchement traditionnelle, chacun a son franc-parler, ne fait pas de chichis, décoiffe, mais est rempli d’amour.
Le créateur de la série, Coyotte, sait de quoi il parle: il adore la moto. Et avoue avoir, dans sa BD, idéalisé la famille qu’il voulait avoir et le père qu’il aurait voulu être.
Car Litteul Kévin, c’est avant tout une histoire de famille. Et même si ses parents au look rock-and-roll et à l’humour décapant font très clichés, ils sont attachants.
Bref, ravie de retrouver cette fine équipe de fortes personnalités dans le paysage de la bande dessinée!

Martine Bernier

« Litteul Kévin 8″, Coyote, Ed. Lombard.

Un dîner presque parfait

Posté : 7 novembre, 2009 @ 11:53 dans Cuisine | Pas de commentaires »

images45.jpeg

L’émission de télévision du même nom connaît un succès important.
Il était donc logique que les meilleures recettes qui y sont présentées et dégustées soient réunies dans un livre.
Celui de la saison deux propose des recettes, mais aussi des idées de décoration, reprenant les ingrédients qui font le succès de l’émission.
C’est intéressant et festif à la fois.

MB
« Un dîner presque parfait, Saison 2″ Edition France Loisirs.

C’est décidé, je m’aime !

Posté : 7 novembre, 2009 @ 11:44 dans Developpement personnel, Jouvence, Psychologie | Pas de commentaires »

images44.jpeg

Le titre vous amuse? Normal, l’auteur de ce livre, Hervé Magnin, psychothérapeute cognitiviste, n’est pas dépourvu d’humour.
Mais le sujet est des plus sérieux. S’aimer soi-même n’est pas une évidence pour la plupart d’entre nous.
Les complexes et autre cortège de timidité, autodévalorisation, soumission, manque d’audace etc… plombent notre existence.
Et l’auteur plante le décor de son travail à travers des phrases d’une justesse sidérante.
Comme par exemple: l’amour que nous recevons ne doit pas provenir que des autres.

Sur un ton dynamique et drôle, l’auteur nous propose un programme énergique pour nous faire avancer sur le chemin de l’amour de nous mêmes.

Martine Bernier

« C’est décidé, je m’aime! Le pourquoi et le comment de l’estime de soi. » Hervé Magnin, Jouvence Editions

Relations frères-soeurs, du conflit à la rencontre

Posté : 7 novembre, 2009 @ 10:57 dans Education, Enfant, Jouvence | Pas de commentaires »

images43.jpeg
Il y a peu parents qui n’ont pas pensé au moins une fois: « Mais pourquoi faut-il toujours que mes enfants se chamaillent alors qu’ils s’adorent dès qu’ils sont séparés?! »
Parce que faire face aux disputes de nos enfants est à la fois complexe et usant, Catherine Dumonteil-Kremer, consultante familiale, a écrit le livre « Relations Frères-Soeurs, du conflit à la rencontre ».
Elle même mère de famille nombreuse, elle y confie ses expériences, ses découvertes, propose des jeux, astuces, réflexions et conseils pour instaurer au sein de l’ambiance familiale une ambiance saine et complice.
Cela, c’est ce que dit le résumé du livre.
Pratiquement, ce petit ouvrage devrait être offert à tous les parents confrontés aux conflits existants entre les membres de leur progéniture.
Il ouvre des pistes réellement intéressante (comme sortir de l’optique de la compétition), évoque tous cas de figure familiaux possibles, les réactions des enfants et les moyens d’y réagir.
Un livre utile…

M.B.

« Relations frères-soeurs, du conflit à la rencontre » Catherine Dumonteil-Kremer, Poches Jouvence.

« Quand mon bébé me parle »: Interview de Stephan Valentin, psychologue plein de sagesse…

Posté : 7 novembre, 2009 @ 10:34 dans Education, Enfant, Interviews, Jouvence, Psychologie | Pas de commentaires »

images42.jpeg

Votre bébé vous parle!

Écrivain et docteur en psychologie spécialiste de la petite enfance, Stephan Valentin, vient de consacrer un livre à la façon dont s’expriment les bébés. Un livre passionnant et plein de surprises.

- Votre parcours est très atypique…
C’est vrai. Je suis Allemand, mais j’ai suivi des cours de théâtre à Paris. Puis j’ai décidé de devenir psychologue et j’ai tellement aimé ces études que j’ai été jusqu’à la thèse. Le théâtre m’aide pour tout ce qui concerne le jeu avec les enfants et les adultes dans le cadre des traitements.

- Pourquoi vous être concentré sur la petite enfance?
Il existe une grande demande de la part des parents pour comprendre leurs enfants. Ils sont noyés dans une soupe de psychologie. Chacun propose le contraire de l’autre, y compris dans les journaux. Pour ma part, je n’ai pas un point de vue extrémiste, et je propose des solutions dans les livres. Les parents choisissent ce qui leur correspond le mieux. C’est très gratifiant.

- Votre livre se veut essentiellement pratique…
Oui, j’ai essayé de me mettre dans la peau du lecteur en imaginant ce qu’il voudrait recevoir et trouver dans mes livres. J’ai structuré celui-ci en fonction des âges de l’enfant pour que la recherche soit plus facile.

- Vous confirmez, dans votre ouvrage, que le fœtus est bel et bien un être sensible qui perçoit énormément de choses et qui y réagit.
Oui, il fait partie de notre monde à travers sa mère. Les berceuses ont sur lui un effet calmant. Il réagit à la douleur, aux émotions. J’ai été très touche d’apprendre qu’un fœtus pouvait pleurer dès le sixième mois de grossesse. Effectuer ce travail m’a fasciné car j’ai énormément appris moi-même.

- Vous expliquez dans votre ouvrage combien la communication avec le bébé est essentielle…
Il ne faut pas avoir peur de communiquer avec son bébé dès la naissance. Lui parler, le porter, lui sourire, le masser, lui faire des câlins: tout cela fait partie de la communication. Il faut lui dire ce que l’on va faire, accompagner chaque geste de paroles lui décrivant les actes. Le bébé peut comprendre énormément de choses.
À quelques semaines, il peut déjà compter et sait que 1+1=2. Il comprend probablement beaucoup de choses. Bien sûr, c’est subjectif. Mais une chose est certaine: parler avec un bébé permet de créer un lien fort avec lui.

- Que conseilleriez-vous aux jeunes parents pour que les choses se passent au mieux avec leur enfant?
De ne pas se laisser mettre la pression par les autres, par l’environnement. Un enfant doit évoluer à son rythme. Il ne faut pas s’inquiéter s’il a deux ou trois semaines de « retard » sur les autres pour certaines acquisitions comme la marche ou la parole. Chaque enfant a son rythme.

- Comment faut-il réagir aux pleurs d’un bébé?
Un enfant est plus autonome à un an si ses parents ne l’ont pas laissé pleurer dans sa première année. Un bébé ne pleure jamais par caprice. Il pleure parce qu’il a besoin de quelque chose ou qu’il ne se sent pas bien. Si ce sont des pleurs légers, il faut lui laisser la chance, par exemple, de se rendormir tout seul, sans se précipiter. Mais il ne faut pas le laisser pleurer trop longtemps. En Allemagne, un livre, devenu un best-seller, affirme qu’il faut le laisser pleurer même jusqu’à 45 minutes. Je ne suis pas du tout d’accord avec cette théorie.

- Comment gérer les pleurs des bébés?
En fonction des besoins de l’enfant. Pour les pleurs du soir, par exemple: s’endormir est une tâche très difficile. Il faut une préparation au sommeil, des rituels qui permettent de se séparer des parents.
Autre exemple: si vous dites à un petit de ne pas toucher à la télécommande ou au téléphone de sa mère, il faut lui donner un autre objet à la place, et le faire tout doucement. Cela permettra de détourner son attention. Vers 18 mois, stade de l’opposition, il faudra lui faire comprendre qu’un non est un non, et un oui est un vrai oui, sans toutefois devenir rigide.
J’ai écrit ce livre pour déculpabiliser les parents. On ne peut pas être un parent parfait. Il faut juste être suffisamment bon pour son enfant, ne pas avoir peur de faire des erreurs.
Je suis un psy homéopathique. Je ne suis pas là pour donner des règles ou des lois. Je propose des solutions et les parents ont la possibilité de choisir. En ne perdant pas de vue qu’il ne faut pas écouter les solutions des copines, mais chercher aussi les siennes, qui correspondent à son enfant.

Propos recueillis par Martine Bernier

- « Quand mon bébé me parle. Comprendre ses messages et y répondre ». Stephan Valentin. Editions Jouvence.
- Site: http://www.stephan-valentin.com

Petit guide de l’allaitement pour la mère qui travaille

Posté : 7 novembre, 2009 @ 10:27 dans Enfant, Jouvence, Sante | Pas de commentaires »

images41.jpeg

Si les spécialistes se rejoignent pour estimer que l’alimentation maternelle est la plus adaptée pour le nouveau-né, il est cependant difficile, pour les mères qui travaillent, de concevoir de continuer à donner le sein après la reprise de leurs activités.
« Le petit guide de l’allaitement pour la mère qui travaille » explique qu’il est tout à fait possible de poursuivre l’allaitement en travaillant. Il propose des témoignages de mères et détaille toutes les options possibles. Il est également complété par l’état de la législation en la matière (pauses d’allaitement, locaux dédiés) en France, en Suisse, en Belgique et au Québec.

M.B.
« Petit guide de l’allaitement pour la mère qui travaille », Claude-Suzanne Diderjean-Jouveau, Les Maxi Pratiques, Jouvence.

Terreur

Posté : 7 novembre, 2009 @ 9:58 dans BD | Pas de commentaires »

images4.jpeg

L’idée est épatante, et la mise en oeuvre à la hauteur.
René Follet (notamment l’un des dessinateurs des « Belles Histoires de l’Oncle Paul ») et André-Paul Duchâteau (notamment scénariste de Ric Hochet), ont uni leurs talents pour s’atteler à une BD mettant en scène la vie de Marie Tussaus, créatrice, à Londres, du Musée Tussaud aujourd’hui mondialement connu.
La vie de cette femme courageuse qui représentait en cire les figures célèbres, sous l’époque de la Terreur, en 1793 à Paris, est remarquablement bien rendue dans ce livre aux dessins puissants et au scénario haletant. Il fallait du courage, pendant la Révolution, pour oser présenter ces moulages d’aristocrates guillotinés, que des bourreaux sans scrupules lui laissaient réaliser.
Duchâteau en a l’héroïne fait d’un polar historique doublée d’une étoffe romanesque.

A découvrir ou redécouvrir dans l’excellente collection « Signé » du Lombard.

M.B.

« La Terreur » Follet et Duchâteau, Collection Signé, Ed. Lombard.

123